Interview – Marie et son drôle de bazar

Elle est belle, drôle talentueuse (et du coup on a envie de lui jeter des bobines de fils)… D’abord couturière amateure, elle a longtemps interviewé ses comparses sur son blog Basile & Léon, mais aujourd’hui, alors qu’elle lance sa propre marque de prêt-à-porter Drôle de bazar, c’est à son tour de passer sur le gril !

Faut quand même oser le faire, passer de la passion à la professionnalisation. Beaucoup en rêvent et peu osent se lancer. Marie l’a fait ! Forcément, si ça force l’admiration, ça attise aussi la curiosité, j’ai donc voulu en savoir plus sur son concept, la genèse de son aventure, ses difficultés, comment elle les a surmontées mais aussi ses projets. Allez c’est parti pour une jolie rencontre avec Drôle de Bazar !

Qui es-tu Marie ? (vous avez 3h…)

J’ai 41 ans, un amoureux avec qui j’ai eu 3 enfants, Basile 5 ans et Céleste et Héloïse presque 3 ans. Je suis une ancienne parisienne venue m’exiler il y a 11 ans au Pays Basque. Je suis tombée dans la couture il y a 6 ans (je cousais avec ma maman quand j’étais petite, mais j’ai vraiment commencé toute seule comme une grande il y a 6 ans) et depuis c’est une passion, voire une addiction !

En effet, tu as longtemps été couturière amateure, pourquoi cette envie de passer pro ?

Ça faisait quelques années que je me cherchais professionnellement parlant !! J’ai fait une école de commerce puis j’ai bossé pendant plus de 10 ans dans le marketing et le commercial dans l’univers de la grande distribution et de la grande consommation. Je n’étais plus heureuse dans mon métier depuis quelques années. Dans ma famille, j’ai beaucoup de gens qui travaillent dans des milieux créatifs ou artistiques. Ça m’a toujours fait rêver, je les enviais beaucoup de vivre de leur passion.

Robe la Coquette - Drôle de Bazar

Ça fait rêver c’est clair, mais de là à franchir le pas… Quel a été le déclencheur ?

Quand je me suis découvert cette passion pour la couture il y a 6 ans, ça a été une révélation. Je savais faire quelques choses de mes 10 doigts autre que des présentations PowerPoint et des tableaux Excel. J’ai cherché pendant longtemps comment concilier mes compétences et ma passion. Ce truc de lancer une marque de fringues me trottait depuis longtemps. Mon mec m’a beaucoup poussé aussi à me lancer en me disant que si je n’essayais pas, je ne saurai jamais si j’en étais vraiment capable. Donc voilà… en septembre dernier, j’ai pris le taureau par les cornes et j ai commencé à bosser sur ce projet. Clairement, je n’aurais pas pu le faire sans son soutien (moral et financier bien sûr, car aujourd’hui, c’est lui qui fait vivre la famille, en espérant que je puisse un jour prochain, contribuer à ma hauteur aux finances de la famille !).

Tu as donc créé « Drôle de Bazar », ta propre marque. Pourrais-tu résumer en quelques mots l’esprit et l’univers de drôle de bazar ?

C’est une marque qui me ressemble (enfin j’espère !!). Des vêtements simples, relativement intemporels (je dis bien relativement car, je sais que mes goûts évoluent aussi en fonction de la mode et des années) avec un petit détail qui fait la différence. Je choisis des tissus assez « sobres » pour qu’ils puissent aller avec beaucoup de pièces que l’on a déjà dans nos placards. J’ai pour l’instant, choisi assez peu d’imprimés car dans ma « longue carrière » (!!) de couturière amatrice, je me suis rendue compte que les imprimés étaient toujours compliqués à assortir et qu’on s’en lassait plus rapidement qu’un tissu uni.

Finalement ce qui tu recherches c’est l’élégance simple…

J’ai voulu une marque qui ne se la pète pas, une marque de « girl next Door ». Pas une marque pointue parisienne mais une marque simple et cool. D’où l’idée de faire appel à des copines (ou à moi-même) pour porter les vêtements et poser pour les photos du site et des réseaux sociaux. En gros, je veux montrer des vraies nanas et pas des mannequins mesurant 1,80 m et faisant du 34. Et au-delà de la taille et des mensurations, je veux que ça soit des nanas avec des rides, des grands nez, des p’tits nez, des gros seins, des p’tits seins,… des femmes qui s assument même si elles ne sont pas dans les critères de la beauté parfaite 8 des femmes auxquelles on peut s’identifier. Et surtout des femmes avec le SOURIRE !!! Ras le bol de ces mannequins qui font la gueule !!!

Le message est clair et vraiment il y a un esprit « feel-good » hyper rafraîchissant, dynamique et positif. Ça ressort vraiment quand on navigue sur le site, un site très bien fait d’ailleurs… Alors pourquoi ce nom « Drôle de bazar » ?

Je n’avais pas du tout envie d’un nom comme « Made By », Atelier machin, Marie Création ou autre. Je voulais partir sur un autre nom que celui de Basile et Léon qui reste pour moi mon compte de couture « amateur ». Et j’avais envie de casser un peu les codes et ne pas faire comme tout le monde ! Mais surtout je voulais quelque chose qui me ressemble. Je suis bordélique et quand j’étais petite on m’appelait Marigolotte parce que je me marrais tout le temps… Donc après quelques jours de brainstorming, je suis tombée là-dessus. Et je trouve que ça me correspond plutôt pas mal !

C’est une jolie histoire avec une vraie identité, c’est chouette ! Du coup tu travailles sur tes propres patrons, comment t’es-tu formée ?

J’ai d’abord travaillé avec le livre d’Emilie de Maison Fauve (anciennement Dessine-moi un patron) pour apprendre à créer ses propres patrons. Bien pour commencer et faire ça en tant qu’amateur, mais j’avais besoin d’aller beaucoup plus loin. Barbara Panduro (Maison Elpida NDLR) m’avait conseillé les livres de DP Studio ainsi que leurs patrons de base. Je n’ai pour l’instant acheté que le TOME 1 (il en existe 3), mais c’est une mine d’or d’informations. Il permet vraiment de bien comprendre toutes les étapes de création d’un patron.

En parallèle je prends des cours avec une modéliste. Je lui présente mon travail, mes patrons, mes idées, mes propositions de montage, d’assemblage et elle m’aide à affiner, améliorer, peaufiner.  Cette partie du travail est passionnante et très enrichissante. J’ai appris tellement de choses en 8 mois. Et il m’en reste encore énormément à apprendre.

Je sous-traite la partie gradation qui je dois l’avouer ne m’attire pas vraiment (et puis, clairement, je n’ai pas le temps de tout faire !).

C’est fascinant et très transparent de ta part de partager tout ça ! On se rend compte du travail que cela représente. Alors dis-moi, quels types de produits propose la marque aujourd’hui ? Et dans quelles tailles ?

Pour l’instant, je ne propose que des hauts et des robes car je ne me suis pas encore assez penchée sur le patronage des bas. J’aurais bien aimé proposer des shorts pour cet été, mais je ne serai pas prête. C’est encore d’autre techniques de patronage et je n’en suis pas encore là malheureusement.

La vraie problématique que j’ai eue au début, c’était que je me bridais par rapport à ce qui existait déjà dans le milieu de la couture. J’ai fait un nombre de protos incalculables, que j’ai laissé de côté en me disant : ça, c’est trop proche de tel ou tel patron… Mais finalement, quand je vais dans des boutiques je me rends compte que les formes sont souvent un peu les mêmes, et que ce qui fait la différence d’un modèle à un autre, c’est juste un petit détail, ou un tissu utilisé. Il n’y a rien de révolutionnaire, juste des formes de base utilisées différemment !

Donc aujourd’hui je propose des modèles de blouses assez simples avec juste un petit détail qui fait la différence (des plis religieuse, un jour échelle qui vient souligner un empiècement ou un poignet de manches, un volant par ci, un volant par-là) et j’essaye de ne pas me brider !

Blouse la Rêveuse - Drôle de Bazar
Blouse la Rêveuse – Drôle de Bazar

Pour l’instant, mes modèles taillent du 36 au 44. J’aimerais à terme agrandir ce panel de tailles mais ce n’est pas pour tout de suite car il y a beaucoup d’éléments à prendre en compte.

Quelles sont tes sources d’inspiration ?

Mes sources d’inspiration sont classiques : les marques de prêt-à-porter, Pinterest, les couturières,… et assez souvent et bizarrement, les fringues de mes filles !!! Je trouve qu’il y a toujours des modèles sympas pour les enfants avec des petits détails tout bêtes qui font la différence.

Je te rejoins complètement, l’univers enfant est une vraie source d’inspiration ! Justement à propos d’enfants… Parviens-tu à concilier vie de famille et vie pro en travaillant à la maison ?

C’est sport mais j’y arrive. Pas le choix en même temps ! Bosser à la maison à plein d’avantages et plein d’inconvénients. Je n’ai pas de temps de transport mais par contre, sur ma route pour aller à mon atelier (dans une pièce de la maison), je trouve toujours un truc à ranger ou une lessive à faire tourner. Je crois juste qu’il faut se fixer des règles et essayer de s’y tenir.

Pour l’instant, je ne bosse que 3 jours par semaine car les filles sont encore chez la nounou et les journées sont courtes. Donc je bosse très souvent le soir après avoir couché tout le monde ou les week-ends pendant les siestes !

Pourrais-tu décrire les sentiments et émotions au moment des séances photos, du lancement et des premières commandes ?

YIIIIIHHHHHHHHAAAAAAAAAA !!!

Ce sentiment est valable aussi bien pour les séances photos que pour les commandes !

Plus sérieusement pour la 1ère séance photo, j’étais assez stressée. Peur de poser devant l’objectif, peur du rendu des photos etc… les copines qui ont posé pour moi lors de cette séance étaient beaucoup plus à l’aise. On avait l’impression qu’elles avaient fait ça toute leur vie ! Ça m’a rapidement détendu.

Blouses la Romantique et la Rêveuse - Drôle de Bazar
Blouses la Romantique et la Rêveuse – Drôle de Bazar

Quant aux commandes, la toute première a été passée par Emilie Pangrazzi, couturière elle-même et créatrice de la marque de fringues pour enfant LittleAshop. Et je pense que je m’en souviendrais longtemps. J’étais hyper touchée de ce geste de soutien, car clairement elle est capable de se coudre le même type de modèle toute seule. Mais, comme elle me l’a dit, elle trouve important de soutenir des petits créateurs et notamment à leur lancement !!

Et depuis, après 2 mois d’existence, chaque commande est une fête et aussi un moment de stress car j’ai toujours peur que la cliente soit déçue ou que ça ne lui aille pas etc… Mais pour l’instant, je n’ai eu aucun retour et qu’un seul échange. Je croise les doigts pour que ça continue !!

On termine avec un peu suspens, de scoop et d’exclu… Des projets pour Drôle de bazar ?

Plein de projets, mais gros manque de temps malheureusement. Le démarrage est plutôt bon, donc j’ai pas mal de commandes à honorer. Le problème est que quand je couds pour préparer mes commandes, je ne passe pas de temps sur les prochains modèles, sur la communication, sur le marketing etc… Sur tout ce qui va me permettre de développer ma notoriété et donc mes ventes.

Je suis en train de voir ce que coûterait le fait de sous-traiter la confection dans un atelier du coin. Ça me permettrait de me dégager du temps pour travailler de nouveaux modèles et travailler sur la com. Mais tout ça a un coût et un risque car aujourd’hui, je couds à la commande donc je n’ai pas de risque de taille invendue. C’est une décision qui n’est pas facile à prendre et qui mérite d’être mûrement réfléchie.

En termes de tissus, je regarde régulièrement l’offre de tissus bio ou made in France ou Europe, mais je trouve que le choix proposé à date n’est pas encore très sexy. Je commande régulièrement des échantillons pour avoir une idée de ce que je pourrais faire. Mais je n’ai pas eu de coup de cœur. Mon rêve serait aussi un jour d’avoir un imprimé propre pour un de mes modèles, mais pour l’instant ce n’est pas au programme.

// Pour retrouver Marie et son Drôle de Bazar :
E-boutique : www.droledebazar.com
Instagram : @droledebazar

Un grand merci à Marie d’avoir répondu à nos questions. Et à très vite les Louisettes !

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.