Une histoire de jean(s) et de denim

Vous l’avez compris, aujourd’hui nous allons parler de jean. Ou devrais-je dire jeans ? Tout dépend si on parle du pantalon ou au tissu. Mais le tissu dans lequel sont fabriqués nos jeans, c’est du denim, non ? Arggggh, on n’y comprend rien !!!

Il faut dire que c’est pas simple, et ce sera encore pire après avoir lu cet article…😄

En fait, pour comprendre d’où vient l’éternelle confusion entre les termes jean, jeans et denim, il faut en revenir à l’histoire du jeans et de son inventeur : Levi Strauss. D’ailleurs, Levi Strauss a-t-il vraiment inventé le jeans ? Est-ce que les jeans sont en denim ? Le denim vient-il « de Nîmes » ? Et le jean -sans s- c’est quoi alors ?

Pas de panique mes Louisettes, je vais tout vous expliquer ! Installez-vous confortablement, servez-vous un petit thé ou un café, je vous préviens, ça va être un peu long… Mais passionnant, évidemment !

Vous êtes prête ? Alors, faisons un grand bond dans le passé.

Les origines du jean et du denim

Les futaines de Gênes

Port de Gênes en 1498
Représentation du port de Gênes en 1498

Nous voici au Moyen-Age, au XIIIè siècle précisément. Autant vous dire que Levi Strauss n’a pas encore pointé son nez…  Les villes du nord de l’Italie produisent en grande quantité des étoffes de coton appelées futaines. Ces serges grossières servent à confectionner des sous-vêtements, des doublures ou des vêtements pour les paysans. Elles sont constituées de coton, seul ou mélangé à de la laine, du lin ou encore du chanvre.

Les futaines sont exportées dans toute l’Europe et notamment en Angleterre. C’est là, en Angleterre, qu’elles prennent le nom de jeane ou jean : la prononciation anglaise de la ville de « Gênes » depuis laquelle étaient importées ces étoffes de coton.

La futaine de Gênes ou jean devient très populaire en Angleterre, si bien qu’à la fin du XVIe siècle, l’Angleterre organise sa propre fabrication dans le Lancashire, autour de la ville de Manchester. Si bien qu’un siècle et demi plus tard, au début du XVIIIe, le jean est l’un des tissus les plus produits dans cette région.

Les habitudes vestimentaires se modifient et amènent peu à peu à privilégier le coton au détriment de la laine. Les futainiers de Manchester diversifient donc leur production de tissus en coton et créent le denim. Tout comme le jean, c’ est une étoffe de coton à l’armure sergée, unie. Il faut attendre le milieu du XIXè siècle pour que le denim soit tissé avec des fils de deux couleurs différentes : indigo et écru, lui donnant l’aspect chiné qu’on lui connait aujourd’hui. Mais au XVIIIè siècle, la seule différence entre le jean et le denim est que ce dernier est plus souple et moins rugueux.

Le denim est-il de Nîmes ?

Alors là, il y a débat… Beaucoup pensent que le denim vient de Nîmes, en France donc… Le problème est fondé sur l’existence, toujours au XVIIIè siècle, d’une étoffe appelée la serge de Nîmes. Sauf que la filiation entre la serge de Nîmes et le denim est loin d’être évidente. En effet, la serge de Nîmes est constituée de laine ou d’un mélange laine/soie tandis que le denim, lui, est en coton.

Là ou ça devient confusing comme diraient nos amis anglais, c’est que la serge de Nîmes était fabriquée non seulement à Nîmes mais aussi dans d’autres endroits de France et d’Europe, notamment en Angleterre. Autrement dit, les anglais savaient fabriquer la serge de Nîmes. L’une des hypothèses est donc que les futainiers se seraient inspirés de la méthode de tissage de la serge de Nîmes pour créer le denim. D’où son nom !

On y voit déjà plus clair, non ? Je vous raconte la suite ?

L’Amérique, l’Amérique…

Au XVIIIe siècle, la région du Lancashire produit donc à grande échelle du jean et du denim -je vous rappelle que ce sont deux tissus distincts – et les diffuse jusqu’aux Etats-Unis. Le développement de la culture et de l’industrie du coton pousse les Américains à créer à leur tour leurs propres filatures de jean et de denim. La production s’accroît et se diversifie tout au long du XIXe siècle. De nouvelles teintes de jean apparaissent : noir, écru, bleu, etc. Autour de 1850, le denim change d’aspect : le fil de chaîne est teint à l’indigo et le fil de trame est écru, ce qui lui donne une couleur bleu chiné.

L’extrême solidité du jean et du denim, ainsi que leur résistance aux conditions climatiques difficiles en font des tissus de choix pour confectionner des vêtements de travail : 

  • Le pantalon résistant, nécessaire à l’ensemble des travailleurs toutes catégories confondues, est souvent en jean.
  • Le denim est utilisé pour les vêtements qui nécessitent de la souplesse ou un certain confort : salopettes, vestes de mécaniciens, overalls et overpants – des combinaisons ou pantalons qui étaient portés par dessus les vêtements habituels.

Dès les années 1850, les chercheurs d’or, mineurs, fermiers, deviennent tous des inconditionnels du jean et du denim.

mineurs en jeans pendant la ruée vers l'or - 1886

La naissance du jeans (overalls)

Jacob Davis, Levi Strauss et les rivets

Au même moment, en 1847, le jeune Levi Strauss, originaire de Bavière (en Allemagne), émigre à New York avec sa mère et ses 2 sœurs. Il y rejoint ses deux frères aînés qui ont créé un commerce de gros dans le domaine du textile.

6 ans plus tard, en 1853, Levi décide de déménager à San Francisco pour profiter du marché local florissant en pleine période de ruée vers l’or. Il fonde l’entreprise Levi Strauss & Co. qui commercialise essentiellement du tissu, en gros et au détail.

Portrait de Levi Strauss
Portrait de Levi Strauss

L’un des clients réguliers de Levi Strauss est Jacob Davis, un tailleur émigré de Riga (en Lettonie) et installé à Reno dans le Nevada. Jacob lui achète du denim pour confectionner des vêtements de travail pour sa clientèle. Alors qu’il est en train de confectionner un pantalon pour l’un de ses clients, Jacob a l’idée d’ajouter des rivets pour maintenir le tissu à certains points sensibles du vêtement, et y apporter plus de solidité. Très vite, les clients affluent chez Jacob Davis et ses overalls à rivets connaissent un grand succès.

En recherche d’un associé, Davis pense immédiatement à celui qui lui a vendu le denim dans lequel il taille ses pantalons. Il envoie donc une lettre à Levi Strauss pour lui faire part de son idée. Le 20 mai 1873, les deux associés déposent un brevet qui marque officiellement la naissance du jeans .

brevet déposé par Jacob Davis et Levi Strauss - naissance du jeans
Brevet déposé par Jacob Davis en 1873

Enfin, sauf qu’à ce moment-là, le pantalon de Jacob Davis et Levi Strauss ne s’appelle pas encore jeans… Il faudra attendre pour cela 1960 !

Le premier Levi’s 501

Le brevet déposé par Strauss et Davis leur donne une situation de monopole. Mais dès l’expiration du brevet en 1890, d’autres marques suivent leur trace et proposent à leur tour des jeans. Parmi elles, figurent des marques aujourd’hui mythiques : Carhartt , Lee (H.D Mercantile Company) ou encore Wrangler (qui s’appelait alors Blue Bell).

En réaction à cette nouvelle concurrence, Levi Strauss & Co met l’accent sur ce qui est un gage de qualité de ses pantalons : le denim. La firme crée donc un modèle de jeans taillé dans une toile de 9 onces provenant de la très réputée manufacture d’Amoskeag, en Nouvelle-Angleterre. Ce modèle est le fameux Levi’s 501, nommé ainsi d’après le numéro du lot de tissu dans lequel a été taillé le premier 501.

En réalité, le Levi’s 501 n’a de nouveau que son nom. Il s’agit du même modèle que celui fabriqué depuis 1873 par Levi & Co qui s’appelait alors simplement XX. XX étant un terme utilisé par l’industrie pour signifier « haut de gamme » mais aussi le nom du denim prenium fabriqué à Amoskeag.

XX overalls Levi's

Comme tous les jeans de l’époque, le 501 reste un vêtement de travail. Il est donc coupé très large et possède les éléments caractéristiques suivants :

  • deux poches sur le devant dont celle de droite avec une poche à gousset (appelée ainsi parce qu’on pouvait y ranger sa montre à gousset)
  • une seule poche dans le dos,
  • une martingale (patte de serrage arrière),
  • des boutons pour les bretelles
  • une surpiqûre orange (assortie à la couleur des rivets) : elle est en réalité présente depuis les tout premiers modèles
  • une étiquette de cuir au dos du pantalon portant le logo des deux chevaux, symbole de la résistance des jeans Levi’s.
étiquette cuir jeans Levi's

Cette étiquette en cuir, typique des jeans Levi’s contribue alors à différencier la firme de ses concurrents.

le fameux jeans levis 501

Le jeans au XXè siècle

L’évolution du 501

Levi Strauss décède en 1902 et ses neveux héritent de l’entreprise. Quatre ans plus tard, un séisme dévaste la ville de San Francisco. Le siège de Levi Strauss & Co. survit au tremblement de terre, mais pas au feu qui fait rage pendant trois jours. Idem pour l’usine.

Malgré cela, les neveux de Levi Strauss ne baissent par les bras. Ils font construire une nouvelle usine, de nouveaux bureaux, et relancent l’activité.

Plusieurs modifications sont apportées au 501 dans la première moitié du XXè siècle :

  • l’ajout d’une seconde poche arrière, marquant la naissance du « cinq poches »
  • la disparition des boutons de bretelles au profit de passants de ceinture pour répondre aux nouvelles habitudes des Américains, qui délaissent peu à peu les bretelles.
  • la suppression de la martingale (une sorte de patte de serrage située au dos du jeans)
  • l’ajour de la fameuse étiquette rouge Levi’s sur la poche arrière droite, encore une fois pour différencier le jeans Levi’s de ses concurrents.

publicité Levis's - étiquette rouge

En 1934, Levi’s crée le Lady Levi’s : un jeans pour femmes, avec un zip sur le côté, la braguette étant réservée aux hommes !

Jeans Lady Levi's
Publicité pour le jeans Lady Levi’s

Du pantalon de cowboy à une pièce iconique de mode

Au début du XXè, le jeans est l’uniforme des cow-boys. L’avènement du genre Western au cinéma transforme alors l’image de ces simples fermiers, vivant à la dure et s’occupant de leur bétail, en des icônes de l’Amérique. Et cette image de héros en jeans inspire évidemment la culture populaire. Dans les années 50, les plus grandes stars du cinéma américain s’affichent en blue-jeans.

A partir de 1959, Levis’s exporte ses jeans dans toute l’Europe. C’est aussi le moment où le mot  jeans apparaît dans les publicités Levi’s. Il remplace le terme overalls utilisé jusque là. On suppose qu’il prend son nom de la toile de jean. Sauf que les jeans sont en denim… va comprendre !

Dans les années 60, le jeans est le vêtement des artistes, des hippies et des féministes. Avec l’émancipation sexuelle des années 1960, les femmes obtiennent un jeans unisexe, avec la même braguette que les hommes !

A partir des années 70, les grands couturiers s’emparent à leur tour du jeans qui devient un incontournable de la mode.

Le jeans, vêtement universel et intemporel

Les héros de la série Beverly Hills en jeans
Les héros de la série Beverly Hills en jeans ! (souvenirs, souvenirs…)

Depuis les années 80, le jeans s’est installé dans nos dressings et est devenu un inconditionnel du vestiaire féminin comme masculin. Aujourd’hui, on compte en moyenne 7 jeans par personne dans le monde. Il fait partie des rares vêtements qui transcendent à la fois les sexes, les générations et les classes sociales. Tout le monde le porte, chacun à sa façon. Et ce n’est pas près de s’arrêter si l’on se fie à l’essor continu du marché du denim à travers le monde !

Je ne peux pas conclure cette longue épopée du jean(s) sans vous citer cette phrase d’Yves Saint-Laurent, qui la résume si bien :

Je n’ai qu’un regret, ne pas avoir inventé le jean.

Dans un prochain article, je vous parlerai du denim, de son tissage et du fameux selvedge. Je vous donnerai également des conseils et des adresses pour acheter du denim.
A plus les Louisettes !

// Crédits photos
Photo de une : © Merchant and Mills

1 Commentaire

  • Un pur bonheur votre Louise magazine ! Je suis tombée dessus vraiment par hasard en recherchant des idées pour finaliser une cousette. Je ne manquerai pas de vous faire un peu de pub sur mon blog.
    A très bientôt de vous lire ❤️

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.