Comment choisir un lainage pour coudre un manteau ?

conseils pour choisir un lainage manteau - couture - manteau opium deer and doe

Depuis quelques semaines déjà, toutes nos marques de patrons préférées ont lancé leur collection d’hiver, avec l’incontournable manteau. Celui dans lequel on affrontera la pluie, le gel, la neige et autres réjouissances de l’hiver. Or, si la coupe du manteau nous donnera un style indéniable, elle ne nous aidera pas beaucoup à rester au sec ni au chaud.

Une fois jeté notre dévolu sur le patron de nos rêves, reste donc un choix crucial : celui du tissu. Et plus précisément du lainage. Comment reconnaître un lainage de qualité ? Quelle matière privilégier ? Comment savoir si un lainage est suffisamment chaud et isolant pour en faire un manteau ? On détaille tout ça ensemble !

choisir un lainage pour coudre un manteau
Crédit photo : Pixabay

Qu’est-ce qu’un lainage ?

Ce qu’on appelle « lainage » comprend tous les tissus chaîne et trame qui contiennent de la laine ou qui ressemblent à de la laine (même s’ils n’en contiennent pas !).

Composition d’un lainage

On distingue donc 3 grandes catégories de lainages, en fonction de leur composition :

  • les pure laines
  • les laines mélangées (avec du coton, de la soie, de la viscose ou des fibres synthétiques comme le polyester ou le nylon)
  • les tissus synthétiques qui ont tous les aspects extérieurs d’un lainage mais qui ne contiennent pas de laine.

Les différents types de laine

La laine désigne au sens strict la toison du mouton. Mais le terme de laine est souvent appliqué par extension au pelage d’autres animaux :

  • l’alpaga est une laine haut de gamme fabriquée à partir des poils du lama. Elle est très douce et plus légère que la laine de mouton.
  • le mohair, réputé pour son très fort pouvoir isolant et sa grande légèreté, provient de la chèvre angora.
  • le cachemire est une laine prélevée sur le cou et le ventre  des chèvres de l’Himalaya. Plus la chèvre vit en altitude, plus son duvet est fin et chaud. Le pashmina est la variété de cachemire la plus noble.
  • l’angora est fabriqué à partir des longs poils des lapins angora.

Propriétés de la laine

La laine possède de nombreuses qualités :

  • elle est particulièrement isolante. De plus son pouvoir thermique peut être facilement augmenté par les traitements tels que le grattage ou le foulage. 
  • si elle n’est pas à proprement parler imperméable, la laine a une très forte capacité d’absorption de l’humidité. Elle peut accumuler une quantité importante d’eau sans qu’on ait aucune sensation de moiteur. Là encore, le foulage renforce cette propriété hydro-régulatrice de la laine.
  • elle est légèrement élastique,
  • la laine s’imprègne mieux des pigments que le coton. Les lainages offrent ainsi des couleurs profondes et des reflets intenses.

Les laines mélangées

Si vous regardez attentivement la composition des lainages, vous constaterez que la laine est souvent mélangée à d’autres fibres :

  • la viscose apporte du lustre et de la souplesse au lainage.
  • le coton rend la laine plus douce et plus résistante. Inconvénient : le tissu se froisse plus facilement.
  • le nylon (ou polyamide) apporte de la résistance et de l’élasticité au lainage. Il est souvent utilisé pour des coupe-vent et des imperméables car il sèche très rapidement.
  • le polyester : le polyester rend le lainage plus résistant et moins onéreux.
  • l’acrylique apporte du gonflant et du moelleux au lainage. Mais il a tendance à faire boulocher le tissu…

Poids d’un lainage

Outre leur composition, on classe également les lainages selon leur poids (et à leur usage) :

  • Poids manteau : 500 gr/mL et plus. On parle alors de drap
  • Poids veste : autour de 250 gr/mL
  • Poids tailleur : autour de 150 gr /mL. On parle de draperie

NB : le poids est ici exprimé en grammes par mètre linéaire (gr/mL), soit le poids d’1 mètre de tissu. Mais il est parfois exprimé en gr/m². Sachant que la largeur (ou laize) d’un tissu est généralement comprise entre 1,40 m et 1,50 m, il faut diviser le poids en gr/mL par la laize (donc 1,4 à 1,5) pour obtenir le poids en gr/m².

Comment choisir un lainage pour manteau ?

Pour un manteau, l’idéal est d’opter pour un drap pur laine. La laine est isolante même par temps de pluie, respirante et confortable, et ses propriétés élastiques font qu’elle s’adapte bien à la forme du corps.

Si vous jetez votre dévolu sur une laine mélangée, préférez les fibres naturelles. On ajoute parfois une matière synthétique pour améliorer la tenue et la solidité du lainage. Mais dans des proportions importantes, c’est souvent signe que la laine utilisée est de moins bonne qualité. Une laine qualitative dont les fibres sont longues se suffit à elle-même. Par ailleurs, les matières synthétiques ne sont pas respirantes. Vous allez donc transpirer quand vous passerez de la rue au métro ou quand vous arriverez au bureau.

Bref, évitez les lainages composés de matières synthétiques comme le polyester, l’acrylique ou le nylon. Ou bien seulement en faible quantité : 70 % de laine minimum !

Le top du top ce sont les mélanges de laine avec du mohair, de l’alpaga, du cachemire, etc. Ces mélanges permettent d’allier chaque avantage de chaque matière entre eux. Par exemple, la douceur du cachemire, la brillance du mohair ou encore la légèreté de l’alpaga, à la résistance de la laine.

Ces mélanges se répandent de plus en plus, mais cela a évidemment un prix

A quoi reconnaît-on un drap de laine de qualité ?

Pour reconnaître un drap de laine de qualité, il faut que celui-ci soit dense et légèrement rigide. Sa texture doit être serrée et son aspect légèrement soyeux

Il est difficile de juger de la qualité au toucher. Certains draps sont doux, d’autres rêches, mais cela n’indique rien de particulier. Des agents chimiques peuvent être ajoutés pour adoucir la matière et, au contraire, un drap un peu rêche et rigide est souvent résultat d’une densité forte.

Il faut donc avant tout regarder sa composition et son poids. Si vous achetez en boutique (et non pas en ligne), vous pouvez aussi vérifier la densité du tissu et son aspect visuel.

Les différents draps de laine

Il existe de nombreux types de lainages, mais nous nous intéressons ici uniquement à la catégorie des « draps », dont le poids est supérieur à 500 gr/ml.

La laine foulée

Le drap de laine est plongé dans un bain d’eau et de savon, puis compacté et frotté. Cela provoque un rétrécissement de la laine, qui devient ainsi plus compacte et plus isolante. Les draps foulés les plus connus sont le kabig (ou kabic, d’origine bretonne) et le loden (originaire du Tyrol autrichien).

Le velours de laine

C’est un drap de laine gratté, rasé et brossé. Le grattage consiste à passer, sur la surface du tissu, des rouleaux munis de piques qui hérissent les fibres superficielles du tissu. Ce procédé rend la laine gonflante et couvrante, et donc isolante. La laine a alors un aspect moelleux et duveteux, d’où le nom « velours de laine ».

Les draps double-face

Vous trouverez parfois des draps de laine doubles (ou double-face). Ils sont obtenus par la fusion de deux toiles tissées ensemble. Les avantages sont multiples :

  • il n’y a pas besoin de doubler le tissu.
  • si les deux étoffes ont des couleurs ou des motifs différents, le double-face crée un contraste sympa entre l’envers et l’endroit du manteau.
  • le tissu est plus agréable à porter car la face intérieure est confortable.

Les lainages dits « mousseux »

Les lainages mousseux ont un tissage plus relâché. Ils sont chauds et enveloppants mais ont l’inconvénient d’être plus perméables au vent. Ce sont par exemple le molleton de laine, le mohair ou la bouclette (aussi appelée laine bouclée).

Les autres lainages pour un manteau

Le tweed de laine

Le tweed est réalisé avec des fils chinés (fabriqués à partir de brins de différentes couleur moulinés ensemble). C’est un lainage souple et très texturé.

Le tweed n’est pas un « drap » car son poids est généralement bien inférieur à 500 gr/ml. C’est un tissu qui est typiquement utilisé pour des vestes (dont la fameuse veste Chanel). Mais certains tweeds sont relativement lourds et peuvent convenir à la confection d’un manteau de mi-saison.

La laine bouillie

La laine bouillie est une étoffe tricotée (à l’inverse des draps de laine qui sont tissés). Elle est foulée avant d’être plongée dans un bain d’eau très chaude. Ces deux actions entraînent un rétrécissement important et la rendent plus compacte, donc isolante. La laine bouillie garde cependant de la souplesse et est très agréable pour un manteau.

Couleurs et motifs des lainages

Comme expliqué plus haut, la laine d’imprègne très bien des pigments. Un beau drap de laine fait ressortir la profondeur des couleurs. Vous pouvez donc en profiter pour varier des traditionnels tons gris et noir.

Pour choisir la couleur de votre lainage, réfléchissez à l’usage que vous ferez du manteau. Dans le cas d’un manteau de tous les jours, les couleurs vives peuvent lasser. Préférez un bleu denim ou canard, un bordeaux ou un vert émeraude. Pensez également aux teintes poudrées, très en vogue, comme le bleu ciel, le vert amande ou le rose blush.

Si vous cherchez une pièce forte à porter de temps en temps, vous trouverez de très beaux draps de laine rouge carmin ou jaune moutarde.

Les lainages offrent par ailleurs des motifs variés : tartan, pied de poule, Prince de Galles, chevrons… Mais qui dit motifs, dit raccords ! Et oui… Pensez-y avant de commander votre tissu et vérifiez bien le métrage nécessaire avec les raccords.

Alors, quel lainage avez-vous choisi pour votre manteau ? Dites-moi tout en commentaire, et n’hésitez pas à poser également toutes vos questions ! J’y répondrai avec plaisir.

Pour suivre toute l'actu couture et recevoir nos nouveaux articles et tutos par email, inscrivez-vous ici :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.